Les libéraux complices de l’extrême-droite ? Lettre au Cercle des Etudiants libéraux de l'ULB

Union syndicale étudiante
17 October 2017 ULB, Luttes étudiantes, Communiqué, antifascisme

UPDATE : La conférence a été annulée ! (16 oct. 2017, 20h)

Ce mardi 17 octobre, le Cercle des Etudiants Libéraux de l’ULB organise une conférence autour de la légalisation du cannabis. Parmi les invités, Jérôme Munier, membre du Parti Populaire (PP), catégorisé comme un parti d’extrême-droite francophone par le CRISP (Centre de Recherche et d’Information Socio-Politiques).
L’Union syndicale étudiante s’oppose à cette invitation. Il n’est pas acceptable de donner la parole à l’extrême-droite, et d’ainsi légitimer son existence. Jusque quand allons-nous tolérer une telle banalisation de l’extrême-droite ?

Cette invitation n’est pas anodine dans le contexte actuel. De nombreux pays européens, comme la France et l’Autriche, voient l’extrême-droite monter dans les sondages et gagner de plus en plus d’électeurs. Pour la première fois depuis 1945, elle est de retour au parlement allemand. Depuis 2014, les libéraux belges (le MR et l’Open VLD) forment une coalition avec la NVA au gouvernement fédéral. Ainsi, partout en Europe, l’extrême droite se développe et profite de la crise économique pour augmenter son influence, alors qu’elle défend une politique qui ne bénéficie qu’au patronat national. Les campus académiques ne sont pas épargnés par cette montée de l’extrême droite.

Le caractérisation du PP comme un parti d’extrême droite, raciste et réactionnaire ne fait aucun doute. Dans son Manifeste, le parti affirme entre autre que “Oui, nous fermerons nos frontières et mettrons dehors ceux qui n’ont pas leur place chez nous” , défend le port d’arme et une “armée plus efficace”, annonce qu’il coupera tous les subsides et aides publiques “injustifiées” aux “ASBL sans objet utile et à la presse”, refuse la “théorie du genre et autres fadaises qui sème la confusion sur l’identité de base”. En conclusion, il déclare qu’ils “remettront de l’ordre”.

Nous refusons qu’un tel parti s’exprime sur le campus. Débattre publiquement avec l’extrême-droite est dangereux car elle utilise la désinformation et la peur pour servir ses discours de haine. Surtout, dialoguer avec le PP, c’est légitimer son discours et en faire un interlocuteur valable. Il est donc indispensable de ne laisser aucune tribune au PP pour divulguer ses idées nauséabondes.

L’Union syndicale étudiante s’oppose fermement à la venue de Jérôme Munier, ou tout autre membre du PP, sur le campus de l’ULB. Pour rappel, l’Union syndicale étudiante pratique un syndicalisme antifasciste et lutte contre la présence de l’extrême droite dans nos établissements académiques, comme dans le reste de la société

Pas de facho sur nos campus!