Critères d'admission modifiés pour les étudiants étrangers à l'ULB : un enseignement au service de l'élite ?

Union syndicale étudiante
26 April 2013 Communiqué, ULB, Étudiant·e·s étranger·e·s

L'ULB a voté ce lundi des mesures restrictives pour l'admission des étudiants étrangers hors Union Européenne au sein de l'université. Ces mesures sont d'ordre financières et académiques. Elles ne sont pas socialement neutres et largement discriminantes.

Les politiques concernant les étudiants étrangers ont toujours soulevé de larges débats dans les milieux universitaires. Les autorités ont décidé de prendre leur courage à deux mains et à faire tomber les masques définitivement en modifiant les critères d'admission pour les étudiants étrangers hors UE.

Tout d'abord, la mise en place d'une "caution" pour les "frais administratifs" à hauteur de 200 euros. La somme doit être obligatoirement payée pour que le dossier soit examiné. Cette somme est perdue si l'inscritpion est refusée. Autant dire que ce sera le cas pour une majorité des aspirant étudiants puisque pour l'année 2012-2013, 99% des dossiers ont été refusés[1] ! Il s’agit donc d’une mesure qui a pour but de dissuader les étudiants étrangers de venir s’inscrire, en tout cas ceux qui ne peuvent pas se permettre de perdre une telle somme.

Un autre critère vise encore à restreindre aux étudiants étrangers l'accès à notre université : une des conditions pour accèder à la première année du cycle de bachelier sera de ne jamais avoir échoué une autre année de bachelier.

La dernière modification impose que les candidats devraient être détenteur d'une équivalence de diplôme du secondaire avec une moyenne minimum de 13 sur 20. Le message est encore plus limpide que les précédentes mesures, on souhaite la bienvenue aux étudiants des bonnes écoles du secondaire.

Ces trois mesures prises ensemble démontrent encore une fois la volonté d’écrémer le nombre d’étudiants à l‘ULB. Exiger de devoir payer deux cents euros juste pour pouvoir soumettre son dossier est loin d'être socialement neutre. Ces mesures sont discriminantes, elles visent à n'accepter que l'élite des étudiants étrangers. L'ULB envoit un nouveau message clair aux étudiants étrangers hors UE : ne venez que si vous êtes riches!

On voit que la compétition grandissante qui règne entre les différents établissements d’enseignement supérieur les contraint à chercher l’excellence mais celle-ci se fait au détriment du plus grand nombre et de la démocratisation de l'enseignement. A nouveau les autorités par leur politique choisissent de s'attaquer aux étudiants les plus précarisés. A cette vision anti-sociale et élitiste de l'enseignement, Priorité Etudiante et les Sections bruxelloises des étudiants FGTB opposent un enseignement public, gratuit, libre d'accès et émancipateur. Ce sont là les conditions sine-qua-non d'un enseignement pour tous et non un simple lieu de reproduction des élites. Les étudiants restent mobilisé et ne laisseront pas leur université devenir le chancre de la discrimination et de l'élitisme.

Priorité étudiante & les Sections bruxelloises des étudiants FGTB


  1. 27 inscrits sur 1875 dossiers soumis ↩︎