Pourquoi les étudiants doivent lutter contre le gel des salaires ?

15 February 2013 Les étudiant·e·s et l’austérité

Le 21 février, la Belgique connaîtra des actions de grève et des manifestations prendront place dans la capitale. Pour nous, les étudiants, qui pour la plupart sommes de futur(e)s travailleurs/travailleuses, qui sommes des milliers à travailler pour payer nos études, dès lors que le projet d'accord interprofessionnel (AIP) dégradent les salaires et les conditions de travail, hypothéquant notre avenir, cette journée d’action sera l'occasion de crier notre opposition aux desseins patronaux.

Que s’est-il donc passé ce funeste mardi où la FGTB aurait « trahi » ses partenaires sociaux (que nous appellerons « patrons » par soucis de précision sémantique) ? On entend partout les mêmes ritournelles : la FGTB serait irresponsable, démontrerait son archaïsme, « son conservatisme » (comme si refuser de voir son salaire diminué, de travailler des journées de plus de 8h ou encore de se faire licencier était conservateur...), menacerait notre économie voire mangerait les enfants, … ( en tout cas, on n'en est pas loin dans certains éditos de journaux !). Nos fins observateurs de la vie politique brassent donc beaucoup de vent et d’anathèmes mais très peu s’attardent à faire une analyse des conséquences pour les travailleurs des demandes patronales.

Le projet d’AIP 2012-2014 : plus d'exploitation pour plus de profit

La FGTB a décidé de refusé l'accord interprofessionnel (AIP) avec le patronat. Que contenait-il ? L’une des premières mesures concerne une « flexibilisation » du temps de travail. Les langues de bois médiatiques, nous présente cela comme un bien pour le travailleur, une possibilité pour lui de choisir ses horaires selon son bon vouloir. Une belle vision utopique de la part des journalistes…

En réalité, dans une société fondée sur le rapport intrinsèquement inégal entre d'un côté ceux qui possèdent l’outil, et de l'autre côté les travailleurs qui ne possèdent que leur force de travail, où le chômage est structurel et touche une part sans cesse croissante de travailleurs, où les droits qui protègent les travailleurs sont en pleine déliquescence... cela revient à donner la possibilité au patron de choisir, pour ses employés, les horaires qui lui conviennent ! Le travailleur qui y verrait une quelconque opposition pourra toujours tenter de trouver un boulot ailleurs...

Les heures supplémentaires passeraient ainsi de 65h à 90h par trimestre. On retrouve ici la même situation : les travailleurs qui refuseraient de prester ces extras prendraient rapidement la porte.

De plus, cette politique d’heures supplémentaires pose un autre problème : en choisissant l’option de la surexploitation de la main d’œuvre déjà employée, on ferme les possibilités aux travailleurs au chômage d’accéder à un marché de l'emploi qui est chaque jour de plus en plus fermé à ceux-ci.

Nous avons donc un discours totalement paradoxal des partis politiques, qui exigent à la fois que les chômeurs trouvent un emploi, et à la fois incitent les patrons à exploiter toujours plus leurs travailleurs déjà en emploi.

On tombe aujourd'hui carrément dans la schizophrénie profonde quand on passe d’un comptage des heures de travail supplémentaires trimestriel à annuel. Autrefois, les employeurs étaient contraints d’embaucher des travailleurs supplémentaires pour faire face aux pics de production. Grâce au génie de nos dirigeants, ils auront simplement à transformer en esclave les travailleurs durant certaines périodes.

Conséquences : précarité assurée

Les jeunes qui sortent de leurs études seront particulièrement touchés. Ils constituent déjà de manière classique un secteur qui a du mal à trouver une place sur le marché de l’emploi. Avec le rallongement du « stage d’insertion » (anciennement « stage d'attente », c'est-à-dire la période d'attente avant de toucher une allocation de chômage) et les mesures de chasse aux chômeurs, on précarise à l’extrême les jeunes travailleurs.

L’odieux se fait encore plus jour dans les conditions dans lesquelles s'est passée la soi-disant concertation sociale. A savoir, le blocage préalable de toute augmentation salariale. Mme Onkelinx peut continuer à nous dire qu’il y aura tout de même des augmentations de salaire (via l'indexation1), sauvegardées grâce aux « efforts » du PS : ce qu'elle omet de dire, c’est que cet index a été passablement modifié, pour rendre les augmentations salariales moins importantes.

On peut tirer deux conclusions de ces conditions. Premièrement, vidée de sa substance, on ne pouvait en l’espèce, parler de concertation sociale. Deuxièmement, au vue de la modification de l’index et de l’inflation, on doit parler de diminution de salaire poche plutôt que de blocage des salaires !

Soyons bon compte : il est normal que le gouvernement hurle à la trahison, car celui-ci n’est plus que la courroie de transmission des intérêts patronaux ! La FGTB a eu raison de « trahir » cette caricature de concertation sociale et de rester fidèles aux intérêts de ceux qu’elle est sensée défendre, à savoir les travailleurs, avec ou sans emploi.

En tant que travailleurs en formation, les étudiants se doivent de rentrer en lutte ce 21 février, car cela correspond également à nos intérêts ! Si toi aussi tu ne veux pas trimer toute ta vie pour une bouchée de pain, rejoins-nous en action. Nous n’allons pas nous résigner ni nous taire !

Un capitalisme qui a fait son temps ?

Depuis les années 70, le capitalisme est considéré comme « en crise » : une situation pratique, qui a permis de détricoter l'ensemble du modèle social occidental construit après la deuxième guerre. En 30 ans, le libéralisme a fait un « retour au source » (le « néo »-libéralisme), et a fait diminué la part des salariés dans le partage des richesses de 10 %, quasi entièrement au profit des actionnaires (c'est-à-dire sans reverser une part supplémentaire aux investissements).

Ces dernières années, avec la crise de 2008, les capitalistes tentent d'aller plus loin. Ainsi, l'appareil d’État du nouveau millénaire offre de nouvelles possibilités de contourner la démocratie parlementaire « libérale ». La Grèce a ainsi fait les frais du contrôle de la « troïka », elle-même directement connectée aux banques omnipotentes. En Belgique et ailleurs, la résistance aux mesures d'austérité par les peuples a mené à la répression violente : quand ce n'est pas la troupe qui se déchaîne sur les manifestants, ce sont les services de « sûreté » qui étudient de près militants.

Face à un tel modèle de société, il est temps d'opposer la justice sociale : même au lendemain de cette deuxième plus grande crise de l'histoire du capitalisme, la richesse mondiale n'a jamais été aussi grande. Le partage des richesses doit venir maintenant ! En cette heure de crise, les syndicats opposent des solutions à la misère sociale : là où on licencie, on souhaite mettre les usines sous le contrôle des travailleurs ; là où la misère des étudiants s'installent, on souhaite la mise en place d'un salaire socialisé pour créer un véritable droit d'étudier...

Les patrons nous ont rappelé leur mot d'ordre autour des négociations de l'AIP : « un autre monde n'est pas possible ». Et pourtant, ça ne sera pas à eux d'en décider ! Refusons le blocage des salaires, empêchons la « flexibilisation », et ouvrons-nous une ère qui ne sera pas le XIX° siècle bis !

Nous ne voulons pas d'un 21 février sans lendemain chantant

Nous avons eu pleinement raison de quitter la table de pseudo-négociation ce 5 février 2013. Cependant faire cela n’est que la moitié du chemin : il faut maintenant se donner les moyens de lutter pour nos intérêts.

La grève reste notre arme la plus efficace pour imposer un rapport de force favorable et pour faire fléchir les patrons. Cependant le mésusage de celle-ci peut nous porter préjudice à plus long terme. En effet, l’utiliser sans objectif clair, ni d’actes conséquents ne peut qu’ébranler la confiance de notre classe dans la possibilité de construire un autre futur. Surtout dans un contexte médiatique, largement hostile aux actions légitimes des travailleurs, qui entretient le doute des travailleurs sur leurs propres forces. Sans compter que cette grève à un coût non négligeable pour les participants car il n’est peut-être pas inutile de rappeler que ceux-ci ne touchent pas leur salaire durant la journée d’action… contrairement aux patrons qui peuvent compter sur les profits extorquer au prolétariat.

Si nous ne voulons pas perdre notre légitimité et passer pour des bonimenteurs, à l'image de certains partis sans lesquels tout serait pire, il faut maintenant que notre syndicat prépare une stratégie à la hauteur des attentes qu'il a suscitées dans le chef des travailleurs. Cette préparation passe par l’organisation d’assemblées générales des travailleurs sur les lieux de travail. Si le syndicat joue son rôle de mobilisateur, nous serons prêts au bras de fer avec les classes dominantes, même si cela passe par une grève générale de plusieurs jours ou si nous devons investir la rue de la Loi. Nous n’en sommes pas (encore, du moins!) au baroud d'honneur, mais au plan d’action ! Si nous voulons partir en guerre, c'est pour la victoire !

Séance d'information à l'ULB - lundi 18/02/13 - 12h - ULB (H3327)

Manifestation nationale - jeudi 21/02/13 - 10h30 (Gare du Nord) - Départ ULB 09h00 ("PUB")

  1. Système qui assure l'augmentation des salaires parallèlement à l'augmentation des prix des produits de consommations (inflation). Le panier de référence a déjà varié au cours de l'histoire : on lui a ainsi retiré le prix des carburants, de l'alcool et du tabac.