Rentrée 2012 : Un bon départ - Action 21/09

Union syndicale étudiante
13 September 2012 Les étudiant·e·s et l’austérité

500 kots privés = +100€ de loyer

Politiques migratoires racistes = Occupations humanitaires sur le campus

Plan d'austérité généralisé + Sous-financement chronique de l'enseignement sup' = Asservissement de l'université au marché

Vous en voulez encore ?

A l'occasion de sa rentrée académique, l'ULB a invité deux personnalités politiques de taille: M. le Premier Ministre belge Elio Di Rupo, et M. le ministre de l'enseignement supérieur en Fédération Wallonie-Bruxelles, Jean-Claude Marcourt.

Quel choix judicieux ! Les étudiants peuvent leur dire merci :

M. Marcourt, responsable de l'enseignement supérieur, le maintient comme ses prédecesseurs depuis 20 ans dans une situation de sous-financement. Cette situation empêche notamment nos universités de fournir aux étudiants des kots décents et sociaux. L'an dernier, l'ULB a entamé un plan de logement qui fera augmenter globalement le loyer mensuel moyen du kot public de 100€. En effet, nos universités, incapables d'entretenir le peu de logements dont elles disposent, privatisent leur parc. Plus grave, elles sont poussées à chercher des investissement auprès de grandes entreprises. Ainsi, l'enseignement et de la recherche se voient de plus en plus dépendants. Dans le même ordre d'idée, on réduit l'offre de cours (plusieurs centaines de cours ont été supprimé en 2009 à l'ULB) pour des questions de rentabilités. L'enseignement, sensé être une source d'émancipation sociale et intellectuelle, se transforme en usine à main d'oeuvre qualifiée prête à l'exploitation. Le savoir n'est plus qu'une marchandise standardisée banale.

M. Di Rupo, Premier Ministre de Belgique, a quant à lui mis en place une série de politiques qui font mal aux jeunes. Tout d'abord, le plan d'austérité généralisé dans notre pays. La politique en matière d'emploi (élévation de l'âge de la retraite, stage d'attente plus long, politique de chasse aux chômeurs) prive les jeunes d'un avenir stable. On peut s'attendre à un chômage encore plus massif des jeunes dans les prochaines années, uniquement pour satisfaire les appétits des créanciers de l'Etat !

Enfin, le gouvernement de M. Di Rupo prolonge la répression des mouvements migratoires, tout en laissant se développer l'exploitation pure et simple des sans-papiers. Depuis toujours, l'ULB acceuille des occupations politiques de sans-papiers. Aujourd'hui, la situation est devenue si désastreuse que ces occupations sont humanitaires !

Le 21, parce que nous voulons

Un enseignement supérieur refinancé à hauteur de au moins 7% du PIB !
Des kots publics et sociaux !
Des papiers pour tous !
Un enseignement et une recherche indépendants du marché !
Une sécurité sociale pour tous !
Mobilisons-nous !

Les néo-libéraux et leurs avatars du PS ne sont pas bienvenus dans notre université, et que la jeunesse souhaite un avenir !

Rendez-vous vendredi 21/09 devant le bâtiment K à 16h00