Soutien au cheminot que l’on veut faire taire

Union syndicale étudiante
02 February 2016 Communiqué, Jeunes FGTB, SNCB

L’Union Syndicale Étudiante et les Jeunes FGTB, déclarent tout leur soutien au délégué cheminot bruxellois Jordan Croeisaerdt. Celui-ci a récemment été frappé par une astreinte d’huissier de 1 700 € pour avoir participé à un piquet de grève durant les actions du 6 et 7 janvier[1]. Des motifs fallacieux ont été invoqués par l’huissier pour justifier cette astreinte : notre camarade, dont la sincérité de l’engagement n’est plus à prouver, a eu pour seul tort de défendre ses conditions d’emploi et celles de ses collègues à travers l’action syndicale.

Cette condamnation s’inscrit dans une tendance plus large de criminalisation du syndicalisme qui se manifeste à travers toute l’Europe et ailleurs, et dont le but à peine voilé est de miner le droit de grève et les libertés syndicales (à l’image de la condamnation récente des huit salariés de Goodyear en France).

Cette astreinte n’a rien d’un hasard : elle vise à faire taire un délégué combattif, apprécié de ses collègues et à effrayer ainsi l’ensemble des cheminots qui se battent contre la privatisation du rail belge.

En tant que syndicalistes, nous apportons tout notre soutien aux camarades victimes de répression. L’USE conteste cette astreinte et espère qu’elle sera levée. Si tel n’était pas le cas, Les Jeunes FGTB et l'USE s’engagent à verser 10 % de la somme de l’astreinte à titre de solidarité.

L’USE et les Jeunes FGTB se tiennent à disposition de Jordan pour toute initiative qu’il jugerait utiles face à la répression dont il est victime.


  1. Crédit photo : Pol Vanderus. ↩︎