Englert, recteur pour les étudiant·e·s ?

16 September 2016 ULB, Étudiant·e·s étranger·e·s

Aujourd’hui, pour les étudiant·e·s de l’enseignement supérieur, c’est la rentrée académique. Les cours ne débuteront souvent que la semaine prochaine mais l’Université libre de Bruxelles célèbre cet événement par sa traditionnelle « séance solennelle de rentrée académique ». C’est l’occasion d’acter la transition de l’ancien Recteur Didier Viviers vers le nouveau, Yvon Englert, élu en mai dernier. La séance s’inscrit comme toute l’année à venir dans la thématique « Bruxelles, capitale étudiante ».

« Bruxelles, capitale étudiante » : vraiment ?

Certes, avec ses multiples campus universitaires et établissements d’enseignement supérieur, Bruxelles peut être qualifiée de ville étudiante. En revanche, elle n’est certainement pas la capitale des étudiant·e·s. La liste des problèmes à prendre en main est longue : logements publics trop rares, en mauvais états, logements privés trop chers, rareté des bourses, travail étudiant trop prenant, injustice et sélection sociale… Une importante partie de ces questions dépend directement de l’Université, sans oublier le pouvoir que les Recteurs ont au niveau de décision central : ces défis s’adressent directement au nouveau Recteur Yvon Englert.

Son mandat sera-t-il, comme le laisse entendre le thème de cette rentrée académique, orienté vers les étudiant·e·s ? L’université, qu’il veut « ouverte, solidaire, internationale et performante », le sera-t-elle pour les étudiant·e·s ?

Rappelons d’abord que, même si la mission d’enseignement de l’Université concerne les étudiant·e·s qui constituent la majorité de sa communauté, ceux et celles-ci n’ont pas leur mot à dire lors de l’élection du Recteur. Celui-ci est élu par un collège composé uniquement des membres du corps académique, c’est-à-dire des professeur·e·s. C’est d’ailleurs pour dénoncer cela que la candidature fictive de Teddie avait été lancée par des étudiant·e·s en mai.

Il n’est dès lors guère étonnant que les prises de position du Recteur Englert ne soient pas forcément orientées vers les intérêts des étudiant·e·s. Rappelons qu’Englert avait participé à la réforme de la gouvernance, qui créait une université plus managériale, aux mains d’un consultant-président du CA aux côtés de qui il va aujourd’hui diriger l’université.

Englert prétend certes renforcer l’accueil et l’accompagnement des étudiant·e·s, et tenir à la fonction universitaire d’éducation d’un grand nombre d’étudiant·e·s et non d’une seule élite. Profession de foi ? On a quelques doutes.

Un Recteur pour l'élite

  • D’abord, le nouveau Recteur annonce vouloir augmenter l’attractivité pour… les étudiant·e·s de Master, notamment étranger.ère.s. En d’autres termes, il s’agira de faire de l’ULB un pôle d’excellence, qui attire de « bon·ne·s » étudiant·e·s.

  • Surtout, il veut attirer des étudiant·e·s européen·ne·s, ou… très riches : Englert soutient en effet la hausse des frais d’inscription à 12.000€ (cette année, 4175€) pour les étudiant·e·s non-européen·ne·s. Au-delà des discriminations qu'elle va opérer, cette mesure annonce une libéralisation de l'enseignement, dont les prix seront ajustables en fonction de l'offre et de la demande, comme n'importe quelle marchandise.

  • Sur les questions de lutte contre l’échec, grand défi d’une université qui se voudrait démocratique, Englert ne fait que peu de propositions. Interpellé par une déléguée étudiante sur ses déclarations sur le trop grand nombre d’étudiant·e·s à l’université, il n’a pas donné de réponse. Contre l’échec, son programme évoque surtout une meilleure réorientation. Pour améliorer la pédagogie, il propose surtout le développement de cours en ligne.

Comment, dans ces conditions, pourrait se développer la mission universitaire d’éducation de tou·te·s les étudiant·e·s ? comment l’université pourrait lutter contre les inégalités sociales, culturelles, de genre qui la caractérisent encore ?

L’Union syndicale étudiante réclame la gratuité du minerval pour tout·e·s, le renforcement de l’encadrement pédagogique, de meilleurs conditions de vie et d’études pour tou·te·s : voici, parmi bien d'autres revendications, ce qui est nécessaire à atteindre l'objectif d'un enseignement public, gratuit, critique et populaire.


En cette journée de rentrée et d’accueil nous avons mené l’action Ta mère a fait l’unif ?, pour sensibiliser les étudiant·e·s à la sélection dans l’enseignement supérieur : non, les étudiant·e·s riches et pauvres, pour le dire simplement, n’ont pas les mêmes chances à l’université.

Les étudiant·e·s contre la hausse du minerval pour les étudiant·e·s hors UE ont appelé à stopper la discrimination du minerval à 4175€ lors du discours du Recteur à la Journée d’accueil des nouveaux étudiants.